L’effet des émotions avec l’âge

LA COLÈRE EST PLUS NUISIBLE À LA SANTÉ QUE LA TRISTESSE

« En vieillissant, la plupart des gens ne peuvent tout simplement plus faire les mêmes activités qu’auparavant. Ils vivent aussi parfois la perte d’un conjoint ou un déclin de mobilité. Tous ces facteurs peuvent les mettre en colère », affirme la doctorante Meaghan A. Barlow, auteure principale de l’étude publiée dans la revue « Psychology and Aging » de l’American Psychological Association.

« Or, les travaux montrent que la colère peut mener à l’apparition de maladies chroniques chez les personnes âgées, ce qui n’est pas le cas de la tristesse. »

Université Concordia , Psychology and Aging, 2019,

L’hypothèse actuelle est que les émotions sont des motivations adaptatives à l’environnement. Les émotions mettent en relief les besoins individuels et collectifs tout en cherchant à harmoniser ces deux visions de manière cohérente. Lorsque les visions s’amalgament aisément, un calme s’installe. Lorsqu’un déséquilibre entre les deux survient, les réactions émotives s’activent de part et d’autre et la résolution de problèmes s’effectue naturellement dans bien des cas. Dans des situations où la distorsion demeure, l’incapacité de s’harmoniser avec la collectivité provoque un certain stress permanent sans règlement de conflit à l’horizon.

Ainsi, la tristesse devient à l’âge avancé un moyen de lâcher prise sur les pertes physiques ou psychiques de toutes sortes comme la perte des sens, de la mémoire, etc.  Donc, la tristesse n’est pas un facteur important d’inflammation systémique à l’âge avancé puisqu’elle contribue à la résilience au monde environnant.

Concernant la colère, c’est une source positive d’affirmation pour les jeunes, prête à jouer du coude et prendre leur place dans la société. Surtout dans un monde singulier ou l’individu doit se démarquer par sa compétitivité et ses performances individuelles.

Par contre à l’âge avancé, la colère devient un facteur de maladie chronique et d’inflammation systémique. La perte de contrôle associé à l’âge avancé est incompatible avec la colère et le besoin de maîtrise. Cette incapacité de s’adapter à l’environnement créer un stress intérieur ou aucune solution semble réguler la situation. Avec cette colère devenue permanente, elle devient avec le temps délétère pour la santé.

Les individus ont besoin d’ajuster leurs réponses motivationnelles aux opportunités et contraintes en fonction de l’âge.

En plus d’être un moyen de communication universelle, les émotions sont des outils d’adaptation collective qui nous maintient en constante évolution jusqu’à un âge vénérable.

This image has an empty alt attribute; its file name is Separateur.png
Étiqueté , , , , , , ,