Ouverture de l’oeil 1/3

Le regard est certes le sens le plus sollicité du corps humain. Pensez à la serveuse qui vous regarde au loin en décrivant un signe intelligible, mais inaudible. Songez au professeur qui regarde un élève dans les yeux pour s’assurer de son attention. Une mère qui regarde son petit d’un air réprobateur. Ou encore un pilote de formule 1 qui roule à 300 k/h avec des mouvements oculaires saccadés en millième de seconde.

Sans émettre un seul mot, ces personnes communiquent entre elles uniquement par le regard. Une communication efficace, rapide, même à plusieurs dizaines de mètres, et ce, à la vitesse de l’éclair.

Denys Arcan et Sonia Benezra
Auteur et illustrateur Daniel Thérien

Directement connectés au cerveau par le nerf optique, les yeux réagissent aussi aux plus infimes pulsions du cerveau et communiquent à leur tour nos états d’âme aux regards présents et attentifs. En réalité, nos yeux fonctionnent dans les deux sens; ils captent l’information extérieure, comme ils transmettent nos réactions à notre interlocuteur.

Pour bien comprendre ce phénomène, comparons notre boite crânienne à une maison et la grandeur des yeux sont représentés par la grandeur des fenêtres.

Les grandes fenêtres se retrouvent dans les propriétés de dimensions plus grandes, là où il y a une activité effervescente de personnes qui entrent et qui sortent. Ce type de maison mondaine est énergivore et l’activité humaine y est intense. Cette grande maison cossue bouillonne de projets; les dépenses matérielles sont grandes, les réunions familiales fréquentes et les soirées entre amis nombreuses.

Avec leur vue panoramique, ces grandes ouvertures laissent passer spontanément l’information qui circule aisément des deux côtés. La lumière solaire pénètre grandement les lieux pour en illuminer la pièce, tout comme il devient facile pour ses occupants de voir l’activité se dérouler de l’intérieur de la maison. 

La caractéristique dominante de cette demeure est la quantité des échanges humains qu’elle génère. Les échanges sont colorés d’une touche de gaieté et d’une propension naturelle à s’ouvrir à l’autre. La dimension humaine y est prioritaire et l’entraide y est spontanée. C’est une maison aux valeurs familiales qui tissent des liens serrés entre les membres.

À l’inverse, les petites fenêtres se retrouvent surtout dans les maisons de volume réduit limitant la circulation de l’information qui entre ou qui sort. La lumière solaire pénètre timidement à l’intérieur de la pièce et les occupants ont une vue restreinte de l’activité se déroulant à l’extérieur dela maison. Le champ de vision plus étroit réduit l’attention extérieure des habitants. Ce pouvoir de concentration augmente l’intensité des échanges tout en limitant les distractions extérieures. Plus solitaire, l’occupant choisit les invités de manière élective. Les échanges avec le monde extérieur sontréduits, la famille peu nombreuse et l’activité humaine presque inexistante.

Cette maison réduit au minimum les pertes d’énergie et rentabilise au maximum son potentiel. Ici, l’activité humaine entre ou sort parcimonieusement. La caractéristique dominante de cette demeure est la qualité des échanges humains qu’elle génère. Si les sujets discutés sont limités et spécialisés, l’abondance de détails ainsi que la maîtrise du sujet en est parfois impressionnante. 

Cette première comparaison entre nos yeux et la grandeur des fenêtres d’une maison facilite la compréhension ainsi que la mémorisation de ses caractéristiques.

À suivre lors du prochain article…

Étiqueté , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *