Rapport en déontologie policière

PEUT-ON COMPARER UN VISAGE AVEC UN CASQUE ET UNE VISIÈRE ?

Même avec un casque et une visière, il est possible de comparer les visages avec une méthode scientifique et faire tomber les accusations du DPCP (directeur des poursuites criminelles et pénales).

Mandatée par la Défense en déontologie policière, une contre-expertise est faite à partir d’un extrait vidéo faisant état de brutalité policière.

Pour ce faire, l’accusée m’a fourni deux photographies de profil : la première prise avec le casque et la visière, la deuxième sans le casque.

La mise à l’échelle des deux photographies ainsi que l’extrait vidéo sont alignés sur un montage photographique unique. Dans le cas présent, le montage a démontré visuellement plusieurs discordances avec le visage sur l’extrait vidéo.

La conclusion négative démontre qu’il y a de fortes probabilités que la personne sur la vidéo soit différente que sur les deux photographies de l’accusé.

Il est donc possible pour des non-experts en biométrie faciale de voir concrètement les concordances ou les discordances.

Dans ce dossier, l’avocat a produit le rapport biométrique en cour et le ministère de la Justice a laissé tomber les charges qui pesaient contre l’accusée.

Daniel Thérien