Est-ce que les bottines suivent les babines ?

CE QUE L'ON FAIT, CONCORDE-T-IL AVEC CE QUE L'ON DIT ?

Cette expression familière décrit bien le conflit potentiel entre le dit et le non-dit. Est-ce que la parole est soutenue par des gestes concrets ou contredit par des gestes incompatibles ?

Avec une écoute active axée sur la compréhension du non-verbal, il est possible de regarder, d'écouter et de faire la part des choses.

Pour appuyer cette proche, ayons recours au cerveau triunique découvert initialement par Paul Mac Lean, en 1970.

Au cours de l’évolution de la vie jusqu'à l'apparition de l'homme, trois cerveaux se sont développés successivement en se superposant les uns aux autres. Les trois cerveaux réagissent l'un après l'autre avec un temps de 0.25 seconde entre les réactions. Avec des vidéos en haute définition, il est possible de filmer les trois réactions et de les observer séparément avec l'utilisation d'arrêt sur image.

Il existe des caméras ultras performantes utilisées dans la recherche qui sont cadencées avec 1000 images par seconde. Ce qui donne une image à chaque millième de seconde. Il suffit de compter le nombre d'images avant de voir la réaction initiale pour connaître le temps de réaction de chacun des cerveaux.

La première réaction se produit environ à 0.25 seconde et provient du cerveau reptilien associé à la survie. Il s'observe par l'altération du rythme cardiaque, par la dilatation de la pupille ou par l’orientation du regard.

La deuxième réaction est initiée par le cerveau limbique à 0.50 seconde et s'extériorise dans la mimique du visage sous forme d'expression émotive.

La troisième réaction en provenance du cerveau cortical se produit près de 0.75 seconde avec l'apparition de la parole et l'attention visuelle consciente.

En considérant que les deux premières réactions sont subconscientes et que la troisième réaction consciente est audible, il devient facile de comparer les deux réactions sur lesquelles la raison n'a aucune emprise avec les mots pour lesquels il est aisé de mentir. En vérifiant la concordance ou la discordance entre les micro-expressions et les mots, il est possible de déceler les incongruités qui se présentent occasionnellement. 

Un exemple que j'utilise dans une formation est la vidéo d'une dame à qui je pose la question : aimeriez-vous sauter en parachute ?

En premier, le regard de la dame est dirigé en bas à droite, elle anticipe la peur, puis, une micro-expression de dégoût apparait avant de répondre : Oui, j'aimerais ça ! En voyant ses réactions  sur la bande vidéo, elle a dit : " Jamais, je ferai un saut en parachute ! J’embarquerai dans l'avion avec mes enfants et mon mari, puis je redescendrai avec l'avion. De cette manière, je serai avec eux pour vivre l'expérience ! " Vous conviendrez qu'il y a une différence notable entre dire : j'aimerais sauter en parachute et le faire.

Avec cette technique qui s'attarde aux micro-expressions, déceler les conflits entre le dit et le non-dit. La compréhension des trois cerveaux nous ouvre de nouvelles avenues sur les mécanismes internes qui se manifestent à l'insu de notre conscience.

Détectez les conflits entre le dit et le non-dit et vérifiez si les bottines suivent les babines...

Daniel Thérien